Gossip Girl RPG - Lux & Veritas, welcome to Yale

Bienvenue à New York, dans l'Upper East Side, où mes amis et moi vivons Tout le monde connaît la célèbre rengaine de Gossip Girl, bien sûr. Et pourtant cette année, les choses pourraient devenir très différente, bienvenue Yale, et autres Elites - eurk
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Such a Jerk ! [R. Julian]

Aller en bas 
AuteurMessage
Olivia Waldorf
Delightful Brunette | Perfectly Loveable
avatar

Féminin Nombre de messages : 679
Age : 28
I heart : Audrey Hepburn, Nate Archibald, Serena Van der Woodsen, NYC.
Humeur : Little Miss Perfect.
Date d'inscription : 05/12/2007

MessageSujet: Such a Jerk ! [R. Julian]   Jeu 31 Jan - 21:30

Olivia cliqua nerveusement sur le bouton "appel" de son Iphone, du bout de son pouce fin au vernis bleu Klein M.A.C, et attendit quelques secondes. Les bras chargés d'un sac de bagels H&H - grillés et avec du beurre, les meilleurs - et de deux latte vanille, Olivia tenait son téléphone entre l'épaule et l'oreille, attendant impatiemment que Nate daigne répondre au téléphone. Elle avait prévu de l'emmener déguster un bon goûter à Central Park pour fêter son admission à Yale, histoire de lézarder au soleil et de philosopher sur ce que la vie leur réserverait. Evidemment, elle tomba sur son répondeur. Damned, il se foutait de sa gueule ? Olivia avait genre, passé l'après-midi à commander des putains de meubles sur internet et s'était arrangée pour qu'on les livre en temps et en heure au cottage de New Haven qu'elle venait de louer : elle avait besoin de repos ! Pourquoi Dieu fallait-il que Nate Archibald la laisse en plan alors qu'elle s'échinait pour lui ? Pendant une fraction de seconde, remplie de rancoeur et de haine, Olivia pensa que Nate ne la méritait pas. Mais le souvenir de leurs deux semaines d'idylle à bord du Charlotte lui rappela qu'elle aimait Nate plus que tout, et qu'ils étaient tout bonnement faits l'un pour l'autre. Après avoir vainement tenté de laisser un message, elle raccrocha, un peu agacée tout de même. Olivia rangea son Iphone dans le fourre-tout Gucci croisière qui lui servait de sac à main, et ne put réprimer un soupire. Ok, il faisait beau et chaud, et ok, elle avait de quoi se remplir la panse. Mais Olivia était bel et bien seule, avec un latte et un bagel en trop qu'elle n'engloutirait sûrement pas - sa période boulimique étant résolument terminée. Les bras chargés, bousculée par les crétins de touristes qui se ruaient pour prendre en photo la Chrysler Tower quelques mètres plus loin, Olivia était d'une humeur excécrable. L'attitude de Serena la veille l'avait pronfondemment agacée. Elle haïssait ses manières de petite fille parfaite et innocente, et maintenant qu'elle voyait clair dans son jeu, Olivia se jurait de ne pas se laisser avoir de nouveau. Sérieusement, Serena la bouffait. Il fallait toujours qu'elle en ait plus, comme si sa vie de pauvre petite fille riche et sublime ne lui suffisait pas. Serena avait besoin de frissons, de sensations fortes. Être l'égérie d'un parfum de luxe ? Fait. Jouer dans un film indé ultra tendance ? Fait. Voler le petit-ami de sa meilleure copine ? Dans ses rêves ! Olivia était bien décidée à éloigner la sangsue qui lui servait d'amie de son Natie chéri ; alors qu'elle reste à New York pour tourner la suite de Diamant sous Canopée ! Nate et elle pourrait enfin mener une vie tranquille et idyllique, comme elle l'avait toujours rêvé, dans un charmant cottage. Elle imaginait déjà leurs soirées d'hiver, à déguster des chocolats au coin du feu, allongés sur un de ces grands tapis en soie ou fourrure qui valaient une fortune. Nate et elle pourrait s'aimer, baiser à volonté, sans risque que Serena débarque à l'improviste. Ils seraient libres. Alors fini les histoires de coucheries, de lettres d'amour bidons et autres dirty little secrets. Les trois mousquetaire - surnom autrefois donné à Nate, Serena et Olivia - n'avaient plus qu'à tirer leur révérence, et laisser place aux nouveaux Romeo et Juliette : Olivia et Nate.
Olivia fut sortie de ses rêveries par la sensation de la bretelle de sa robe en soie imprimé Liberty Miu Miu tombant lentement, laissant l'épaule de la malheureuse nue. Olivia avait beau avoir la peau relativement dorée, elle ne pouvait pas non plus rester toute l'après-midi au soleil les bras nus, sous peine de finir avec de charmantes traces rouges. Non, vraiment, elle était dans une situation inconfortable, et faisait limite peine à voir. Elle avait la dégaine de la parfaite New-Yorkaise constamment over-bookée, chargée de cochonneries à grignoter, d'un sac de luxe, sa robe en soie tombant gracieusement sur son épaule gauche. Pauvre chérie, il fallait qu'elle trouve quelque chose à faire, qu'on lui vienne en aide, en deux mots, qu'elle s'en sorte ! Dûr dûr la vie de fashionista ponctuellement célibataire.

_________________


Little Miss Perfect.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fatigante.over-blog.com
Julian Preston
Lux & Veritas | Very Important Yalie
avatar

Masculin Nombre de messages : 127
Age : 30
I heart : or i hurt ?!
Humeur : Massacrante
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: Such a Jerk ! [R. Julian]   Jeu 31 Jan - 22:12

C'est l'avantage quand on a pas de coeur comme Preston Junior ! Pas de coup de fil interminable, pas de déclaration à l'eau de rose, pas besoin de se justifier sur ce qu'on a fait la veille et pas non plus de jalousie puisqu'il prend à tout le monde et prête tout autant. Le jeune californien était arrivé depuis seulement quelques jours et avait déjà une fille dans un bar susceptible d'assouvir ses besoins naturels sans débourser un seul centime... Quand Olivia sortit avec tous ses baguages, Julian était en phase réveil & débarbotage ! Un gant de toilette sur le visage, il frottait les zones sensibles mais surtout les zones graisseuses comme le contour du nez et le front, accessoirement. Julian n'avait pas spécialement faim donc il ne prit pas la peine de se préparer quelque chose et préféra s'habiller, toujours de manière très classe, se coiffer rapidement et sortir de l'hôtel ! Sa voiture était garée juste devant, ils l'ont mis en évidence car ce n'est pas tous les jours qu'on voit une si belle Mustang GT avec une peinture personnalisée blanche qui n'existe pas en série... Eh oui, tu parles maquillage, j'ai bien le droit de faire deux lignes sur ma voiture xD! Preston lanca un petit clin d'oeil à la réceptionniste qui se vit rougir de manière assez exceptionnelle... Son cou est si rouge qu'on aurait dit qu'elle avait mis un col roulé ce qui fit à nouveau sourire notre californien ! Il sortit sur le fameuse "Fifth Avenue" et commenca à marcher de sa démarche à la fois nonchalante et assurée. Julian arrivait à condenser en sa personne un charisme incroyable qui mêlait classe et déchéance...

Il n'allait pas spécialement vite, se contentant de jeter de petits coups d'oeil autour de lui tout en souriant aux touristes quand il passait devant l'objectif de leur appareil photo. Sans aucune gêne ni aucune morale, le jeune homme aimait la vie et plus précisemment la sienne si aisée et si facile.. Il ne lui manquait plus que la femme de sa vie, quelques enfants et un travail définitif pour crier victoire. Niveau femmes, c'est pas ce qui manque mais pour trouver LA femme, c'est une autre histoire. Depuis qu'il est tout jeune, Julian ne s'est jamais attaché à personne sauf à son ancienne meilleure amie qui est partie vivre en Europe. Cette jeune femme qui était la même que lui en version "castrée" ! Ils s'entendaient comme chiens et chats, ne pouvaient pas se parler sans se foutre des gifles mais c'est au détour de cette nuit-là que tout bascula et qu'elle prit la décision d'appuyer ses parents afin de quitter très vite la région. Si y a une chose dont Julian peut se mordre les doigts, c'est bien d'avoir contribué à la perte de son "double"...

Pensée close, âme et cheveux au vent, il avancait dans une rue parallèle au fameux parc central de New-York, d'où le nom "Central Park" ! Julian remarquait que plus il s'approchait du fameux parc et plus les rues étaient bondées... Il était de plus en plus difficile de marcher sans donner de coups d'épaules et le fait de filer des coups gratuits aux gens amusait beaucoup Preston qui se jetait presque sur eux jusqu'au moment où l'un d'eux percuta la jeune femme qui était en train de le doubler les mains bien chargées... Julian eut juste le temps de tourner la tête pour voir un "bagel" qui s'apprêtait à tomber suite à l'impact et de le rattraper avec sa mauvaise main qui réussit tout de même à lui éviter le trottoir... C'est en le reposant qu'il posa sa main sur le café de la jeune fille qui vacillait lui aussi ! L'homme qu'il avait percuté et qui avait par la même occasion créé le contact s'était déjà barré et Julian se retrouva face à sa connerie qu'il avait miraculeusement évitée :

- Faut dire que j'suis assez imposant... dit-il en souriant et en gonflant un peu ses épaules qui étaient certes musclées sans vraiment défier les règles du culturisme ! Julian n'est pas du style à s'escuser et comme il avait rattrapé ses bêtises, il avait le droit de ne pas être désolé, et Dieu sait qu'il a raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia Waldorf
Delightful Brunette | Perfectly Loveable
avatar

Féminin Nombre de messages : 679
Age : 28
I heart : Audrey Hepburn, Nate Archibald, Serena Van der Woodsen, NYC.
Humeur : Little Miss Perfect.
Date d'inscription : 05/12/2007

MessageSujet: Re: Such a Jerk ! [R. Julian]   Jeu 31 Jan - 22:44

Olivia, toujours hésitante, était postée devant H&H, à regarder les gens faire des allées et venues, les bras chargés. Agacée par Nate qui faisait le mort, le choc qui suivit ne fut pas franchement le bienvenu. Olivia n'était pas connue pour son humour légendaire, loin de là, et plus elle était énervée, plus son sens de l'humour se faisait rare. Elle sursauta donc en sentant quelqu'un la percuter, faisant tomber la bretelle de sa robe encore plus bas, et un bagel par la même occasion. Sérieusement, le sort s'acharnait sur elle. D'abord, l'appel de sa mère qui lui confirmait que le déménagement de ses meubles pour L.A se ferait très prochainement, puis son crétin de petit ami, qui la laissait en plan et enfin, la collision fatale avec un de ces garçons maladroits auxquels elle filerait des claques. Olivia lâcha un soupire agacé, et fusilla le jeune homme en question du regard. Il avait un air suffisant et un brin désinvolte qui suffit à l'agacer, et le fait qu'il prenne tout cela à la rigolade l'énervait d'autant plus que ce n'était vraiment pas risible. Il avait failli faire tomber son bagel - bien qu'elle ne comptait pas en faire grand chose -, et renverser par la même occasion son latte. Fort heureusement, sa robe avait été épargnée, et c'est lorsqu'elle s'en fit la réflexion qu'Oliv' remarqua que sa bretelle était... exagéremment bas. Elle lâcha un grognement agacé, leva les yeux au ciel, et remonta nerveusement le petit bout de tissu de sa robe en soie Miu Miu, pour couvrir le triangle La Perla qui lui servait de soutien-gorge, et qui venait d'être dévoilé à tout New-York. Comme si tout cela ne lui suffisait pas.

- Touriste, c'est ça ? Aboya-t-elle, fixant l'inconnu de son regard bleu perçant. Elle lui fourra les cafés et le bagel dans les mains, et en profita pour réajuster sa robe et son sac qui commençait lui aussi à glisser de son épaule. Puis, Olivia repoussa une mèche brune qui venait de se placer devant ses yeux azur, avant de reprendre : Surtout, ne vous excusez pas.

Sérieusement, des claques se perdaient. Les gens ne connaissaient-ils donc pas la politesse ? Bon, ok, Olivia n'en était pas l'exemple même, mais devait avouer qu'elle détestait les gens malpolis. L'inconnu semblait ne pas se rendre compte de la gravité de la situation. Elle était seule, se sentait conne, et un crétin en rajoutait. Bordel, quelle journée foirée ! Olivia ne le lâchait d'ailleurs pas du regard. Il n'était pas vilain, elle ne pouvait pas le nier, et ses jolis yeux très sombres avaient un certain charme plutôt intrigant. Mais cela était loin de lui suffire pour le pardonner. Il devait se montrer très, très serviable. D'autre part, l'ambiance était plus que pesante. Entre la chaleur quasi insoutenable et la foule, Olivia ne se sentait pas franchement dans son élement. Et pourtant, Dieu sait qu'elle adorait New York et son effervescence. D'ailleurs, elle se demandait bien comment se passerait l'année à New Haven. Elle n'avait jamais passé plus d'un mois loin de sa ville natale, et l'idée de quitter définitivement la Grosse Pomme lui filait des frissons. A bien y réfléchir, sa mère avait tout de même un sacré culot de déménager à L.A. Cette ville était vulgaire, ultra-polluée, laide, et la pseudo jet-set y était complètement inintéressante. Los Angeles n'arrivait en rien à la cheville de New York, de la beauté de son architecture et de sa faune cosmopolite et très intéressante. En l'espace d'un mois, Olivia perdrait tous ses repères, tout ce qui occupait sa vie depuis sa naissance, à savoir sa ville, sa famille et ses amis. Plus de NY, plus de mère hystérique, de petit frère rebelle et de petite soeur pourrie gâté, plus non plus de "3 mousquetaires"... Serena serait loin, très loin. Ce n'était pas comme si Olivia n'y avait pas été habituée, après tout, son amie l'avait déjà lachée un an pour aller étudier dans ce foutu pensionnat français, alors elle ne voyait pas pourquoi elle ne survivrait pas sans elle. Surtout qu'elle aurait Nate, et Aaron. Olivia était même heureuse de retrouver Vanessa, son ancienne coloc' un peu timbrée qu'elle appréciait réellement. The times they are a-changin'.

_________________


Little Miss Perfect.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fatigante.over-blog.com
Julian Preston
Lux & Veritas | Very Important Yalie
avatar

Masculin Nombre de messages : 127
Age : 30
I heart : or i hurt ?!
Humeur : Massacrante
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: Such a Jerk ! [R. Julian]   Ven 1 Fév - 12:52

Imposant ou pas, c'est vrai que la moindre des choses aurait été de s'escuser, au moins pour le type qu'il avait poussé sur la Miss mais Julian n'en avait pas envie. Imaginez la honte, s'escuser aurait été ses premiers mots envers une inconnue dans la ville de New-York...Pas possible ! Il resta devant elle, bloquant le passage sur le trottoir, les gens contournaient donc ce joyeux petit couple afin de poursuivre leur route non sans râler au passage. Julian gardait les épaules contractées de telle sorte à en envoyer une en plein visage de celui qui oserait le bousculer pour passer... Le visage de la demoiselle est évidemment tout ce qu'il y a de plus beau pour ne pas arranger les choses. Il arrivait à être très désagréable avec les hommes ou les femmes banales mais son point faible résidait en la beauté de sa vis-à-vis et ce n'est pas rien de dire qu'il est tombé sur un gros morceau... Un gros morceau qui semblait avoir repéré directement son talon d'Achille en l'envoyant bouler bien comme il faut ! Tout d'abord en l'insultant de touriste, grave atteinte à la dignité du Californien, puis en mentionnant ses escuses incomplètes... Julian planta ses yeux dans le regard de la jolie blondinette et l'observa quelques instants en se demandant justement quelle est la vraie couleur de ses cheveux puisqu'ils viraient négligemment sur le roux.

- Nouveau résident serait plus approprié... lui répondit-il en souriant, pensant qu'elle allait secrètement l'aimer après ce qu'il s'apprêtait à lui dire en réponse à sa deuxième remarque. Julien changea de sourire afin d'en prendre un plus malicieux et ne la quittait pas des yeux : - Pas de problème, ce n'était pas mon intention !

Bah quoi ?! Ce n'est pas lui le gros balourd qui s'est appuyé sur les bras chargés de la Miss et puis s'escuser ne servait à rien. Ce qui est fait est fait surtout qu'en l'occurence, ce qui devait être fait a été très adroitement empêché par le jeune californien. C'était donc à elle de le remercier mais on voyait dans ses yeux des petits éclairs qui ne signifiaient rien de bon... Malgré elle, elle lui donnait le sourire rien qu'en s'énervant. Son visage d'ange s'étirait, ses yeux se rétractaient et l'ange qu'elle est tendait réellement à ouvrir la porte de l'Enfer pour rejoindre ses frères. Julian voyait que les piétons commencaient vraiment à s'énerver de les voir au milieu alors il prit l'initiative de reprendre sa marche non sans lui jeter un petit clin d'oeil du genre "content de m'être fait engueulé par TOI" ! Preston fit quelques pas dans la sens inverse et réalisa qu'il n'avait strictement rien à faire et qu'il avait une question très importante à laquelle elle aurait pû répondre. La revoyant seul dans ses pensées, il se dit qu'ils pourraient se tenir compagnie mutuellement, bonne ou mauvaise ! C'est ainsi qu'il fit demi-tour et qu'il l'apercut en phase de traverser une rue... Julian accéléra le pas en doublant toutes les mémés qui n'avancaient pas puis, au bout de quelques secondes de dure bataille, il arriva à nouveau derrière la jeune femme et posa sa main sur son épaule afin de se mettre à sa hauteur puis de marcher à ses côtés.. Il lui fit un petit sourire cette fois-ci sincère et lui demanda alors :

- Dis-moi, je suis arrivé la semaine dernière et j'ai toujours pas trouvé la réponse à ma question... Je pense que tu devrais connaître alors peux-tu simplement me dire quel est le chemin à suivre pour aller à...New...New Heaven ? demanda-t-il en doutant de son dernier mot..."Le nouveau Paradis" ? Ca semble un peu trop gros mais pourquoi pas ! Julian ne la quittait pas des yeux et ne regardait plus devant lui, il arrivait à détecter la présence d'un quelconque obstacle grâce à sa vision périphérique. La réponse se fit attendre mais la bretelle de sa robe ne se fit pas prier pour une nouvelle fois se faire la malle et voyant que ses bras étaient plein, il prit l'initiative de lui remettre sur l'épaule toujours avec un certain sourire aux lèvres : - Tu veux du scotch ? demanda-t-il en riant légèrement avant de finalement se présenter : - Je m'appelle Julian... J'te débarasse un peu ? dit-il en montrant ce qu'elle avait dans les mains et en froncant légèrement ses petites lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia Waldorf
Delightful Brunette | Perfectly Loveable
avatar

Féminin Nombre de messages : 679
Age : 28
I heart : Audrey Hepburn, Nate Archibald, Serena Van der Woodsen, NYC.
Humeur : Little Miss Perfect.
Date d'inscription : 05/12/2007

MessageSujet: Re: Such a Jerk ! [R. Julian]   Ven 1 Fév - 20:21

S'il comptait faire de l'humour, de l'esprit, ou tout autre chose qu'Olivia n'appréciait pas de la part d'inconnu, c'était râté. A défaut de lui répondre sur le même ton, elle le fusilla du regard. Ses yeux étaient bleus, comme ceux de son père, d'un bleu relativement sombre et brillant. Ils étaient par ailleurs différents en tous points de ceux de Serena, d'un bleu tout aussi profond mais qui tirait plus vers le bleu océan. D'autre part, la couleur des yeux d'Olivia tranchait avec la teinte de ses cheveux, tantôt châtains clairs, tantôt bruns. Elle avait d'ailleurs profité des vacances d'été pour s'offrir une nouvelle coupe chez Fekkai, avant de partir à Southampton chez Bailey Winter. Olivia avait opté pour des extensions très naturelles qui donnaient plus de volume à sa crinière, et pour des mèches miels qui éclaircissaient sa teinte d'origine, faisant délicatement ressortir les petites tâches de rousseurs parsemant son nez. Oliv' était donc une jeune femme raffinée, qui aimait prendre soin d'elle, sans pour autant tendre vers l'excès. Elle n'était jamais vulgaire, et lorsqu'elle se maquillait - bien qu'elle ait une carnation parfaite - Olivia ne ressemblait jamais à un camion volé, mais plutôt à une charmante Mini Cooper : Classique mais résolument tendance. Lorsqu'il lui signifia que l'expression "nouveau résident" serait plus approprié à son cas, Olivia fronça machinalement son petit nez droit. Il avait un sourire charmeur qui l'insupportait. Sérieusement, Olivia n'était pas là pour se faire draguer. Son petit ami avait beau lui avoir posé un lapin, il restait le seul susceptible de la faire craquer. Elle sembla donc totalement insensible à ses mimiques et son air malicieux, et se contenta de lui lancer un regard glacial, récupérant sa "cargaison", et s'éloignant progressivement du jeune homme. Elle ne savait absolument pas vers où elle allait, et n'avait qu'une idée en tête : jeter ces foutus bagels et s'éloigner de l'avenue surpeuplée et de l'ambiance survoltée qui l'agaçaient profondément. Olivia marchait donc d'un pas régulier, regardant droit devant elle, et pensa à aller faire un tour à la boutique Céline. Elle y avait repéré une jolie robe en sequins noirs qui serait parfaite pour sa soirée d'anniversaire, quoiqu'un peu hivernale pour la saison. Olivia allait bientôt prendre 18 ans, et il était question que sa mère organise une immense soirée au Met', histoire de fêter son admission à Yale, par la même occasion. Elle se devait donc de dégoter une tenue élégante mais pas trop guindée, qui lui permettrait de passer une soirée agréable, à l'aise dans ses escarpins Roger Vivier provenant directement de France, en parfaite reine de la soirée. D'autre part, elle avait une irresistible envie de shopping. Olivia serait limite séquestrée pendant un an, avec comme seul boutique un malheureux Old Navy de centre commercial. Bien trop cheap pour elle, donc. Et puis, Nate l'avait laissé en plan, et elle estimait avoir le droit à une petite compensation. Olivia avait envie de se faire plaisir, après tout, c'était ses derniers moments à New York, et il aurait été trop bête de se priver... La jeune femme avait par ailleurs une facheuse tendance à être une acheteuse compulsive, sa plus grave erreur remontant au jour où elle avait craqué pour une robe de mariée à 10 000 £, alors en vacances en Angleterre, chez un pseudo Lord British. Evidemment, elle ne l'avait jamais portée, et cela lui avait donc servi de morale. Les fringues de luxe sont à consommer avec modération... Ou presque. Olivia rêvait déjà à sa folie dépensière lorsqu'une main chaude vint se poser sur son épaule nue, tout aussi chaude, qui commençait à dorer au soleil. Le boulet faisait son grand retour. Il lui fit un sourire qui semblait de prime abord sincère, et Olivia y répondit en lui lançant un regard en coin, plutôt agacée.

- Si tu cherches le nouveau Paradis, je n'ai aucune idée de l'endroit où il se trouve. Par contre, si tu cherches New HAVEN, Connecticut, je peux te renseigner... Tu es donc encore plus touriste que je le pensais.

Olivia lui lança un regard entendu, qui signifiait clairement "pauvre crétin de provincial" - ne doutant pas qu'il venait tout droit de Californie. Elle lâcha un léger soupire, comme s'il lui extirpait une information qu'elle n'avait absolument pas envie de lui divulguer, et reprit :

- Pour aller à New Haven, rien de plus simple que de prendre le train à Grand Central, entre la 42e rue et Park Avenue. Métro 4, 5, 6 et 7 si tu fais partie des démunis qui circulent en Subway.

Olivia n'était pas en effet une habituée du métro, à vrai dire, elle avait dû l'emprunter deux fois, grand maximum, lorsqu'elle était gamine. Elle et ses amis étaient plutôt des habitués des taxis jaunes, bien moins contraignants et nettement plus confortables que ces gros wagons métalliques et surchargés ou la promiscuité était de mise. Non, vraiment, Olivia détestait se méler à la populace. Sa bretelle se mit à descendre à nouveau, ce qui la fit grogner à nouveau, et elle sentit que l'inconnu venait de la remonter sur son épaule. Il ne manquait pas d'air, sérieusement. Ils se "connaissaient" depuis à peine cinq minutes, et il se permettait déjà de la toucher. Il devait venir du Sud, mais à New-York, ce genre de choses ne se faisaient pas.

- Pour le scotch, ça m'aiderait, histoire de t'attacher les doigts. Merci pour ma bretelle mais je m'en serais chargée toute seule. Elle lui adressa un sourire forcé et hypocrite, sur quoi il se présenta d'un air niais et lui indiqua qu'il s'appelait Julian. Qu'est-ce qu'elle pouvait en avoir à faire ? Il espérait quoi aujuste, qu'ils se marient ? Sérieusement, le Julian en question s'accrochait, c'était désolant. Mais Olivia releva tout de même sa proposition de la débarasser de ses bagels et des latte qui devait être froids, depuis le temps.

- Tiens, si ça te dit, profites-en. Ils m'encombrent et à vrai dire je me demande bien pourquoi j'ai acheté ces conneries.

Hum, sa carapace commençait à se briser, Olivia semblait presque parler d'elle... Bien qu'elle se refuse totalement à être familière avec des inconnus, elle ne pouvait nier qu'un peu de compagnie ne lui aurait pas fait de mal. Mais question de principe, elle avait envie d'avoir l'air énervée, et elle l'était. D'autre part, sa robe Céline n'attendrait pas éternellement en boutique, et il la lui fallait. Olivia n'avait donc nullement envie de dire des banalités à un type qui devait débarquer tout droit du "Deep South", elle avait envie de faire des achats, rien de moins, rien de plus.

_________________


Little Miss Perfect.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fatigante.over-blog.com
Julian Preston
Lux & Veritas | Very Important Yalie
avatar

Masculin Nombre de messages : 127
Age : 30
I heart : or i hurt ?!
Humeur : Massacrante
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: Such a Jerk ! [R. Julian]   Ven 1 Fév - 23:26

C'est l'histoire d'une petite bourge, fille de bourges, petite-fille de bourges et arrière-arrière-etc petite-fille de bourges ! Cette jeune fille grandit donc dans un univers ?! Bourge, gagné ! Elle en devient très méprisante avec tous les gens qui l'entourent, il lui faut tout, tout de suite et elle ne cottoie que les personnes de sa trempe... Malheureusement pour cette petite fille, elle ne se rend pas compte qu'elle fait le mal autour d'elle et qu'elle n'est amie avec que 0.00001% de la population mondiale ! Cette petite fille trouve un jour un petit garçon beau comme un camion tout neuf, habillé des plus grandes marques par Pôpa et Môman qui sont là avec le porte-feuille qui suit derrière. C'est ainsi que Ken et Barbie, les deux êtres idylliques fondent un couple. Un couple basé sur le mensonge mais un couple quand même... Barbie se met donc à sortir les crocs dès qu'un garçon l'approche même si les intentions de ce garçon sont honnêtes (Julian n'est toujours pas dans l'histoire, rassurez-vous !). Barbie verra ses véritables amis partir et ses amis superficiels arriver... Qu'entendons nous par "superficiel" ? Le simple fait d'avoir de l'argent, beaucoup d'argent...et d'en jouer, d'en jouer beaucoup et de le montrer ! Cette petite fille a maintenant grandi, elle a des poils et elle s'épilent, elle se maquillent, encore plus qu'avant. Elle va bientôt avoir 18 ans et rayonnent à l'idée de franchir cette barre stratégique mais cette petite fille n'a toujours pas grandi dans sa tête, devenant même encore plus détestable... Pourquoi raconter une telle histoire ? Tout simplement parce que Barbie est belle... Barbie pourrait être bien plus que ce qu'elle est, la fille de Maman et Papa Barbie ! Barbie pourrait gagner en sociabilité car elle a un très bon fond mais cela fait 17 ans que ce "fond" est justement enfoui dans les profondeurs de son âme. A quand la révélation ?

New Heaven, New Haven, tous ces noms se ressemblent trop ! Sérieusement, on a pas ça en Californie surtout que la plupart sont en espagnol comme La cité des anges. Julian lui fut très reconnaissant de vouloir l'aider donc il la gratifia d'un petit sourire, évitant le malicieux qui avait tendance à l'énerver encore plus qu'elle ne l'est déjà.

- Oui, j'me doute bien, c'est pas en tirant cette tête que tu vas le connaître ! dit-il en mentionnant habilement le fait qu'elle ne savait pas où se trouvait le Paradis... Puis il justifia son statut de touriste : - Si on veut, j'viens de la "West Coast"... "The new heaven" comme qui dirait ! dit-il en tournant la tête lorsqu'ils traversèrent une nouvelle rue.

Puis la jeune rouquine lui annonca le chemin à prendre pour y aller en... métro ? T'es sérieuse jeune fille ?! Il la regarda dans les yeux et voyait le profond mépris qu'elle avait pour lui ce qui fit que ça commencait légèrement à monter en lui. Il veut bien être gentil quelques secondes mais en aucun cas il n'aurait à subir une moquerie. Julian est bien trop malin pour se laisser marcher dessus par une femme de l'Est ! Un sourire s'afficha tout de même sur son visage avant qu'il le durcisse légèrement pour lui dire :

- Tu crois réellement que j'suis du style à poser mes fesses dans un train ? C'est pas croyable comme les gens sont naïfs dans cette ville...ou méchants ! dit-il en fixant la jeune femme de ses yeux sombres.. C'est l'hôpital qui se fout de la charité mais heureusement qu'elle ne le connait pas encore puisqu'elle pourrait facilement lui renvoyer l'ascenseur. - Mais je t'escuse, t'as surement dû me prendre pour ton petit copain !

Julian conclut sur une petite note qui était censé la faire réagir tout en ne sachant pas vraiment qu'il venait de lui poser un lapin sinon, il se serait abstenu ! Le jeune homme marchait toujours à ses côtés et il recut une petite remarque après lui avoir remis la bretelle en place. Il n'y avait aucun geste intéressé mais il la préférait avec sa bretelle que sans, voilà tout. Il n'a pas pour habitude de payer pour baiser et n'a pas envie qu'on pense qu'il traîne avec ce genre de fille, même si le visage d'Olivia ne le laisse pas penser. Le sourire qu'elle lui adressa était détecté comme "faux" à des centaines de kilomètres mais il se contenta de ce qu'elle lui donnait, aussi mince soit-il ! Julian lui envoya alors son prénom même s'il savait très bien qu'elle n'en avait rien à foutre, ça lui faisait plaisir et au fond de lui, il est sûr qu'elle s'en souviendra, au moins quand elle le croisera à Yale même s'il ne sait pas encore qu'elle est là-bas... Il eut pour réponse des bagels dans les mains et un café sur le bras mais aucun signe de prénom. Julian fronca les sourcils et balanca d'un geste négligé le café puisqu'il déteste le café avant de croquer dans un bagel encore un peu chaud. Eh oui, il commencait à sentir ses crocs se dresser.

- Merci pour ça, c'est très bon mais j'aurais préféré avoir ton prénom en échange du mien !

Il aurait pû lui répondre qu'elle ne se demande pas plus et qu'elle les avait acheté justement avec l'espoir de rencontrer un homme comme lui mais être lourd a quelques fois ses limites, Julian les connaissait très bien... Si elle savait d'où il venait et de qui il était issu, elle lui tirerait certainement un peu moins la gueule mais il ne tient pas à vanter ses mérites. C'est comme les habits qu'il porte. Tous tirés dans les tissus des plus grands couturiers, Julian se force à le cacher un maximum, ne voulant pas être jugé sur ce qu'il a mais plus sur ce qu'il est : Beau, musclé, bronzé et très intelligent... Ils marchaient tous les deux et Preston eut alors l'idée de se fumer une cigarette après avoir ingurgité la sucrerie de la Miss... Il ne savait pas si elle tolérait ou non mais ils sont dans la rue et il est donné à tout le monde de fumer dans une rue ici...heureusement ! Après l'avoir allumée et avoir rejetée la première bouffée pour ne pas inhaler le gaz, Julian se tourna finalement vers elle et lui demanda alors tout en froncant les sourcils :

- C'est peut-être moi mais j'ai l'impression de te faire terriblement chier... Si y a quelque chose qui va pas, faut en parler Miss ! Y a un proverbe français qui dit d'ailleurs très bien : Pet contenu, furoncle au cul ! déclara-t-il le sourire aux lèvres en parlant toujours américain mais en essayant de prendre un accent de français qui commence l'apprentissage de leur langue. Puis il poursuivit : - Non, plus sérieusement, j'vois que tu te forces à être désagréable alors si tu veux, j'peux devenir très méchant comme ça tu ne seras plus obligée de te forcer mais par contre, tu risques de pleurer très vite alors pourquoi pas faire une trêve ? demanda-t-il encore de manière plutôt sérieuse... Se tirer dans les pattes est marrant mais à la longue, on revient toujours au même point. - Et pourquoi tu me dirais pas où tu comptes aller et ce que tu fais dans la vie par exemple... Et si t'as aucun but précis, pourquoi pas boire un verre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia Waldorf
Delightful Brunette | Perfectly Loveable
avatar

Féminin Nombre de messages : 679
Age : 28
I heart : Audrey Hepburn, Nate Archibald, Serena Van der Woodsen, NYC.
Humeur : Little Miss Perfect.
Date d'inscription : 05/12/2007

MessageSujet: Re: Such a Jerk ! [R. Julian]   Sam 2 Fév - 0:31

Olivia était sidérée par l'attitude du pseudo mec de la West Coast. Il lui faisait réellement perdre son temps. Après tout, Olivia n'était pas n'importe qui. Elle allait entrer à Yale dans à peine quelques semaines, et deviendrait une grande avocate de renom, rendant le nom de Waldorf encore plus connu qu'il ne l'était déjà. Olivia avait toujours rêvé de faire carrière dans le droit, et elle avait toutes les qualités requises. Déterminée, rigoureuse, Olivia réussirait et elle le savait pertinemment. Pleine de volonté, motivée comme jamais, travailler ne serait pas une contrainte, mais un devoir, comme quelque chose de naturel. Elle n'envisageait pas d'alternative à Yale, à sa vie avec Nate, c'était quelque chose de tellement évident qu'Olivia n'était même pas amenée à se poser des questions. Elle ne comprit même pas pourquoi il lui disait qu'elle le prenait pour son petit-ami, et se contenta de le regarder en fronçant ses sourcils parfaitement épilés.

- Tu sais pour aller à New Haven t'as pas trop le choix. Tout le monde prend le train. Tu crois quand même pas qu'il y'a un vol pour aller dans le Connecticut ? Enfin, je parlais du métro en évoquant les "démunis", mais visiblement tu ne saisis pas les subtilités du langage New Yorkais.

Olivia continuait à marcher d'un pas régulier, avec un grâce propre aux Waldorf. Elle était divine. La cigarette que Julian sortit lui donna envie d'en fumer une, et Olivia en profita donc pour sortir une Merit Ultra Light de son sac, qu'elle alluma élegamment à l'aide son Zippo en or. Olivia fumait plutôt rarement, mais lorsqu'elle était sur les nerfs - ce qui était le cas -, elle appréciait réellement la sensation d'inhaler quelque chose, et le geste était pour elle un véritable anti-stress. Les Merit étaient d'ailleurs ses préférées. Douces, avec une odeur pas trop entêtante, elle trouvait ça bien plus agréable que les affreuses cigarettes aux plantes d'Aaron. D'ailleurs, elle n'avait pas vu Mr Dreadlocks depuis un siècle, et devait avouer qu'il lui manquait presque. Elle avait beau le haïr parfois, Olivia devait avouer qu'elle avait une profonde affection pour son demi-frère, qu'elle considérait comme un miraculé. Après tout, son père était un abjecte porc, et Olivia trouvait assez étonnant qu'un homme aussi hideux ait pu faire un si mignon gamin. Bref. Elle commençait à sentir comme une raillerie dans les paroles de Mr Preston, qui avait l'air d'apprécier moyennement le ton méprisant d'Olivia. C'était son droit, mais être etonné aurait été légèrement déplacée. Il avait renversé son bagel, alors quoi, il s'attendait à ce qu'elle lui saute dans les bras ? Puis, il se lança dans une tirade on ne peut plus vulgaire en français. S'il pensait que ça lui échaperait, c'était râté. Olivia avait étudié le français en niveau supérieur, et présidait même le club de langue de son lycée, alors autant dire qu'elle était calée concernant la langue de Molière. Lui ne semblait maîtriser ni celle de Shakespeare, ni celle de Molière, par ailleurs. Quelle vilaine fille faisait-elle, à juger sur de simples apparences. Mais c'était Olivia, et elle ne s'encombrait ni de valeurs morales, ni de bons sentiments.

- Ecoute, Joseph, Julio, Julian - quelque soit ton prénom - tu as failli faire tomber mon bagel et renverser mon café sur une robe à plus de 500 $, dans un moment où je frôlais la crise de nerfs. Alors tu t'attendais à quoi ? A ce que je te tombe dans les bras et que je te baise les pieds ? Si c'est le cas, autant te dire que tu peux te brosser. Les familiarités et moi ça fait deux.

Elle lui lança un regard froid, et le gratifia d'un sourire convenu. Ok, c'était une véritable garce, mais elle était d'une humeur excécrable et il s'avérait qu'il était le pauvre malheureux sur qui la foudre tombait. Elle avait besoin de lâcher ses nerfs, il était passé là au mauvais moment, pas de bol, mais c'est aussi ça la vie. Une immense loterie où on joue, quitte à perdre. Une fois sa pseudo colère passée, Olivia inspira bruyamment, et se résolut à répondre à sa seconde question. Elle semblait véritablement l'interesser, qui pouvait-elle, Waldorf était tout bonnement fascinante ? A vrai dire, elle n'avait rien d'autre à faire sinon acheter une robe Céline de la dernière collection qui serait en boutique pour les six mois à venir. Olivia, un brin résignée, tenta donc de s'adoucir légèrement.

- En ce qui me concerne, je m'appelle Olivia Waldorf, et j'étais en train de maudir mon petit-ami qui ne répond pas à mes appels pile au moment où tu m'as percutée. Ceci explique cela. Pour répondre à tes autres questions, je comptais actuellement faire un tour à la boutique Céline dans l'idée d'acheter une robe, quant à ce que je fais dans la vie... Je me fais foncer dedans par des inconnus devant H&H. Et accessoirement je suis une future étudiante à Yale. Aller boire un verre, pourquoi pas, seulement si tu ne le renverses pas. D'autres questions ?

Olivia daigna enfin lui lancer un regard pas trop agressif. Elle s'était résolument adoucie, bien qu'elle reste fidèle à elle-même : directe et efficace, mais relativement subtile. Elle repoussa machinalement ses cheveux châtains derrière ses épaules et lâcha un léger soupire. Ca y'est, elle avait déversé toute sa hargne, elle se serait presque sentie libre.

_________________


Little Miss Perfect.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fatigante.over-blog.com
Julian Preston
Lux & Veritas | Very Important Yalie
avatar

Masculin Nombre de messages : 127
Age : 30
I heart : or i hurt ?!
Humeur : Massacrante
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: Such a Jerk ! [R. Julian]   Sam 2 Fév - 5:33

Tout le monde prend le train, certes mais qui a dit que Julian est "tout le monde" ? S'il a traversé l'Amérique à la nage au volant de sa fabuleuse Ford Mustang, c'est pas vraiment pour le laisser au garage, quitte à la laisser garée dans la rue face à l'Université, il aura au moins le plaisir de loger la banquette arrière en cas de désaccord avec ses collocs car bagarres il y aura... Preston n'allait pas lui répondre qu'il avait un bolide à protéger car rares étaient les femmes...ou, pardon, les filles qui aiment les discutions "moteur et gros pistons" ! Quoique, pour les gros pistons, certaines doivent être adeptes mais à bien regarder la Miss, elle ne semblait pas de ce bord-là... Le fait qu'il ne saisisse apparemment pas les subtilités du language New-Yorkais le fit sourire mais il pensait plutôt ne pas saisir les subtilités de la petite rouquine :

- C'est surement ça... Mais je suppose que le Connecticut n'est pas dépourvu de routes, non ? En espérant qu'il soit aussi équipé de parkings...

La Ford Mustang n'est pas réellement adaptée pour rouler dans l'herbe et pour un Université de Droit, il doute fortement qu'il n'y ait pas de routes. C'est pas comme si son objectif était de décrocher le diplôme du parfait jardinier ! Julian ne possède pas non plus l'objectif modeste de devenir avocat ou notaire. Son ambition et son piston sont tels qu'il vise sans aucune prétention le but de devenir un jour député. Ils auraient surement pû tous les deux vivre une vie peinarde sans s'encombrer d'un quelconque travail vu les parents qu'ils ont mais le fait de vivre sans être connu et respecté fait sans doute partie intégrante des cauchemards du jeune californien. La vie vaut-elle la peine d'être vécue pour se fondre dans la masse, pour se dissimuler dans ces 6 milliards d'âmes qui resteront dans l'anonymat toute une vie, se contentant d'un semblant d'existence au travers de l'esprit de leurs proches... Julian détesterait avoir à vivre une telle chose, même muni d'une famille solide et sans histoires ! Il déteint surement un peu trop sur son père mais le fait d'avoir des valeurs et certainement la meilleure chose qu'il ait eu à inculquer à son fils vénéré. Etant fils unique, Julian n'a pas à s'inquiéter d'une relative concurrence puisqu'il est foncièrement le seul à pouvoir prétendre à un si haut poste dans l'entourage "jeune" de son père, que ce soit ses cousins le "demi-frère", le fils de sa mère dont il n'a aucun lien de sang avec Papounet !
Olivia semblait gravir la même montagne que lui à ce niveau et c'est rien de dire qu'ils ne sont pas au bout de leur peine, surtout si elle continue à se laisser aveugler par son caractère qui est en train de la ronger de l'intérieur...C'est tellement gros que ça se devine au premier regard. Son visage angélique renfermant un caractère aussi diabolique, c'est louche !

- Si tu m'étais tombée dans les bras, j'aurais peut-être pas eu la force nécessaire de te rattraper et puis faut dire que le bagel m'a beaucoup motivé, j'ai pas trouvé le temps de commander à manger avant de partir et il serait peut-être passé avant toi. Pour ce qui est de ta jolie robe, on va pas en faire un drame puisqu'il n'y aucune tâche à déplorer... D'ailleurs, c'est vrai qu'elle te va très bien ! dit-il en souriant avant de la regarder dans ses jolis yeux bleus qu'elle avait presque aussi beaux que les siens... même s'ils ne sont pas bleus ! Julian décelait un air bizzare chez sa vis-à-vis du style "Tu te mets à me complimenter maintenant, nouvelle tactique ?" - Profite, c'est plutôt rare et puis franchement, tu pourrais faire de même, avoue qu'il y a un effort de fait ! lui lanca-t-il tout en se montrant de haut en bas avec sa main qui suivait ses yeux.

C'est vrai que ce que portait Julian est à la fois "cool" et très classe. On distingue des traces de son corps puissant au travers de sa chemise noire qui lui moule exactement comme il faut sa parfaite poitrine et ce jean très foncé qui renforce le style "négligé mais cher et sexy", jean qui se porte plutôt bas de telle sorte à qu'on apercoive sa jolie ceinture italienne et son petit fessier musclé se dandiner derrière les poches arrière. Preston n'est pas habitué à porter des jean puisque les conférences et les dîners d'affaire se font souvent en smoking hors de prix mais il avoue que changer quelques fois et se trouver plus à l'aise n'est pas de refus. C'est en songeant à ses prochains achats qu'il découvrit un tout autre visage vers celle qui venait de le nourrir. Olivia Waldorf, surement la fille du couturier homosexuel... Il tenait son prénom, grand moment, heure à noter ! Les informations les plus importantes à retenir sont qu'elle possède un petit ami, c'est surement le pauvre Ken qui avait débarqué un peu plus tôt dans ses pensées. Elle est donc légèrement en froid avec lui, veut s'acheter une robe, se fait foncer...Oh, c'est pas important du tout ça ! C'est une future étudiante de...HEIN ? Oh non, dites-moi pas que c'est pas vrai... Yale ? LE Yale ? Et voilà le seule et unique point commun qu'ils ot mis à part qu'ils sont tous les deux très beaux et que si son copain daignait l'appeller encore moins souvent qu'il ne le fait déjà, il y aurait peut-être une chance pour qu'elle lui prenne son bras. Les autres questions comme elle dit pleuvaient dans son malheureux cerveau mais il ne se voyait pas l'innonder d'un seul coup alors son sourire s'intensifia quand il lui répondit :

- J'en ai effectivement quelques-unes... Que dirait Olivia Waldorf si elle devait retrouver Joseph à Yale ? Ne me dis pas "Rien, qu'est-ce que j'en ai à foutre", je commence à te cerner et ce serait te rendre beaucoup trop prévisible, je déteste ça ! lui dit-il tout en repoussant la fumée qui encombrait ses poumons et en replantant ses yeux dans ceux de Waldorf Junior : - Pour ce qui est de ta robe, je ne demanderais qu'à voir, un avis masculin est toujours très utile... Promis, je me contenterai de rester hors de la cabine ! puis il inspira une nouvelle bouffée en repérant de ses yeux percants l'enseigne de la boutique qu'Olivia comptait visiter..ou dévaliser !

Boire un verre passera surement en solution de secours, tout simplement parce qu'il ne compte pas se saouler la gueule et ne compte pas non plus se faire ramener par la plus jeune des Waldorf bien qu'il se doute qu'elle ne prenne pas la peine de le ramener, ne sachant déjà pas où il habite... Malgré ses phases de "méchante", elle arrivait à le faire rire, c'était déjà un bon début même s'il faut dire que son visage y aide beaucoup.

- Si je choisis bien, on ira boire un verre après que tu nous paieras pour me remercier...bien entendu ! dit-il en souriant et gardant ce faux air sérieux qui semblait sur ce coup ne pas plaire à Olivia. Elle le regardait et il devinait sa prochaine réflexion alors le visage de Julian se décontracta et sa main libre vint pincer une joue de la demoiselle afin de lui étirer les lèvres et d'essayer de la faire sourire ce qu'il ne parvint pas réellement à faire : - C'était une blague et ce n'est pas demain la veille qu'une femme paiera mon verre... Surtout une rouquine !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia Waldorf
Delightful Brunette | Perfectly Loveable
avatar

Féminin Nombre de messages : 679
Age : 28
I heart : Audrey Hepburn, Nate Archibald, Serena Van der Woodsen, NYC.
Humeur : Little Miss Perfect.
Date d'inscription : 05/12/2007

MessageSujet: Re: Such a Jerk ! [R. Julian]   Dim 3 Fév - 19:53

Olivia faillit s'étouffer lorsque son interlocuteur évoqua le fait qu'il se retrouveraient à Yale. Sérieusement, il avait plus l'air d'un péquenaud que d'un étudiant de l'Ivy League. Yale était réputée pour être une université très séléctive, qui n'intégrait pas n'importe qui. Par conséquent, le jeune homme ne devait pas totalement être dépourvu d'intelligence. Ou alors son père était plus influent qu'Olivia le supposait... Le système d'Université américain était en effet très particulier, et pas franchement égalitaire. Mieux valait-il avoir des relations, un père influent, et un compte en banque bien garni, donc. Julian lui proposa ensuite de l'accompagner faire du shopping. Elle n'avait ni besoin de nurse, ni d'escort-boy, mais devait avouer qu'un avis masculin ne lui déplairait pas foncièrement. Par ailleurs, elle ne comptait pas non plus faire ami-ami avec lui, et tenait à garder ses distances. Après tout, ils se connaissaient depuis à peine quinze minutes, et voilà qu'il lui proposait de lui tenir compagnie durant une séance shopping. Hum, il savait la prendre par les sentiments... Restait à savoir si son avis était véritablement fiable. Il ne semblait pas particulièrement exceller dans le domaine de la mode, mais n'avait pas non plus l'air dépourvu de sens de l'élégance. Ses fringues étaient indéniablement de marques, mais ni très originales, ni spécialement splendides. Il était habillée de manière basique, si bien qu'elle ne se serait sûrement pas retournée sur lui en l'appercevant dans la rue. Olivia avait en effet un faible pour les jeunes hommes aux goûts pointus, qui savaient faire la différence en jouant sur des petits détails. Nate, par exemple, n'avait pas une garde-robe très extravagante, mais un style un peu négligé qu'elle adorait. Il pouvait très bien porter un polo Paul Smith avec un vieux treilli Dsquared, sans perdre de son charme, bien au contraire. New York regorgeait par ailleurs de jeunes éphèbes, aux airs de minets et aux looks très pointus, dont elle raffolait particulièrement. Julian était loin d'en être un, et bien qu'il soit physiquement très agréable, il ne se distinguait pas spécialement par son style très "West Coast" chic. A savoir, des marques italiennes, encore et toujours. A New-York, au contraire, tout le monde n'en jurait que par la couture Française ou Belge - qui tenaient véritablement le haut du pavé. Olivia reporta finalement son attention sur le jeune homme, qu'elle regarda en arquant légèrement un sourcil.

- Est-ce une manière détournée de me dire que tu intègres aussi Yale ? Si c'est le cas, Olivia Waldorf en est ravie pour toi, mais tient à ce que tu saches qu'elle ne compte pas spécialement entretenir avec toi une quelconque relation. Que ce soit bien clair. En définitive, ok pour le shopping. Profite de l'unique moment que tu passes en ma compagnie, ça ne se reproduira pas de sitôt.

Olivia le gratifia d'un léger sourire suffisant, où on pouvait déceler une pointe d'amusement. A défaut de remplacer son après-midi ratée avec Nate, la rencontre avec Julian l'occupait. Elle ignora ce qu'il ajouta par rapport au verre qu'ils étaient supposé boire après, et se contenta de le fixer d'un air sombre lorsqu'il entreprit de pincer ses joues pour la faire sourire.

- Très drôle, Joseph. Puisque tu sembles avoir quelques idées bien arrêtées, je vais te payer ton verre. Histoire de te montrer que tu ne maîtrises pas tout.

Olivia lui lança un regard noir et méprisant, esquissant un léger sourire d'auto-satisfaction. Elle repoussa ses cheveux châtains derrière ses épaules, et accélera un peu le pas.

- La boutique Céline est sur Madison, entre la 60th et la 61th. Je te préviens tout de suite, aies l'air un peu plus distingué que tu ne l'as été jusqu'ici, on entre dans l'Upper East Side, à savoir MON quartier. Pas de vulgarités, bienvenue dans la haute sphère New-Yorkaise mon coco.

Olivia lui adressa un regard entendu, qui signifiait clairement : "je vais te montrer ce qu'est la vraie vie de l'East Coast". Puis, elle fut parcourue par un frisson. Il était loin de faire froid, puisque le thermomètre devait indiquer près de 30 degrés, mais Olivia craignait de croiser quelqu'un qu'elle connaissait. New-York était plein, à cette période de l'année, puisque tout le monde préparait sa rentrée à l'université, et tomber sur Kati, Isabel, ou une taupe de Gossip Girl ne l'aurait vraiment pas arrangée. Elle n'avait pas spécialement envie d'être vue avec un "étranger", à à peine deux semaines de sa rentrée à Yale, et surtout alors qu'elle sortait avec Nate Archibald. Moralité : Dans l'Upper East Side, "Pour vivre heureux, vivons cachés !"

_________________


Little Miss Perfect.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fatigante.over-blog.com
Julian Preston
Lux & Veritas | Very Important Yalie
avatar

Masculin Nombre de messages : 127
Age : 30
I heart : or i hurt ?!
Humeur : Massacrante
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: Such a Jerk ! [R. Julian]   Dim 3 Fév - 20:54

Julian s'était malheureusement trompé sur le compte de Miss Waldorf. Il pensait qu'elle finirait pas s'épuiser mais au contraire, elle la joua encore plus sévère. Bon, faut dire qu'elle n'est pas tombé sur l'ange de New-York mais elle était surement un peu trop tenace pour qu'il daigne surenchérir. Olivia veut prouver qu'elle lui est supérieure donc autant la laisser gagner afin qu'elle soit contente et qu'elle soit devienne finalement un peu plus tendre. Il n'a pas envie de se battre avec elle toute une après-midi, il pense valoir mieux que ça et Dieu sait que ce n'est pas qu'une pensée mais une certitude. Preston Junior la regardait lui parler en haussant les sourcils tout en continuant à tirer sur sa cigarette... Il ne demandait pas à la revoir du tout, la Miss commencait un peu à fabuler. Il avait surement d'autres buts un peu plus importants que de reposer les yeux sur une femme sans morale comme elle. Julian s'est promis de devenir quelqu'un d'important et il a confiance en sa magnificience pour y arriver. Posséder une femme comme Waldorf à ses côtés serait plutôt gratifiant mais elle est surement un peu trop occupée par tous ces vieux potins qui tournent sur la Grosse Pomme, qui porte là bien son nom ! Los Angeles est surement la ville qu'il déteste le plus mais New-York n'est pas loin derrière quand on voit ce qu'il s'y passe. Les jeunes ne pensent plus à ce qu'ils vont devenir mais préfèrent garder l'oeil sur le salaire des parents et sur Internet pour voir si l'on parle d'eux ! Mais pourquoi parler d'eux ? Truc a couché avec Machin...Très bien, et alors ?
Julian ne prit même pas la peine de faire la morale à Olivia puisqu'il pensait sincèrement qu'elle gâchait le beau potentiel qu'elle avait en elle...

- On verra dans quelques années celui de nous deux qui pourra se vanter avoir pris un verre avec l'autre.

Julian n'avait pas l'envie de la remballer, il vaut bien plus que ça et parmi toutes les valeurs que lui a inculqué son père, aucune ne mentionne la pitié ! Olivia est droite, paraît forte, elle est belle et a tout pour réussir mais elle préfère gâcher son temps avec un petit ami qui ne vaut absolument rien et un semblant de vie pathétique, libre à elle, il n'est pas son père ni son ami et ne compte devenir aucun des deux. Habillé très classe, le but de Julian n'est pas d'avoir sa photo sur les bus ou de plaire aux filles comme Olivia mais simplement de passer pour quelqu'un de plutôt raffiné et c'est ce qu'il est au fond de lui avec des femmes qui en font autant. Elle continua à le provoquer en disant qu'elle allait lui payer son verre mais encore une fois, ça ne fait pas du tout partie de son enseignement et aussi marginale soit son invitée, il se doit de lui payer.

- Tu voulais me faire prendre le métro et tu veux maintenant me payer mon verre ? Ecoute Olivia, tu es très gentille mais tu dois certainement me prendre pour quelqu'un que je ne suis pas...

En gros, si elle cherche quelqu'un sur qui se défouler parce que son crétin de copain l'ignore en ces temps, ce n'est pas à Julian qu'elle devrait s'adresser mais plus aux personnes qu'ils croisaient dans le quartier pourri qu'il venaient de traverser. Mais Waldorf sembla se décider à l'amener du côté obscur de New-York, le fameux « Upper East Side » ! Il ne pensait pas non plus tomber face à quelque chose de grandiose, assez habitué à traîner avec la bourgeoisie américaine mais il tenait à voir ce qu'était vraiment ce quartier.

- Tu me parais pas vraiment sûre de toi... Ais-je une image un peu trop lisse pour TON quartier ? Tu préfèrerais surement que je marche à quelques mètres derrière toi ? Demanda-t-il en froncant les sourcils puisque le fait qu'elle le rabaisse à longueur de temps commencait vraiment à lui taper sur les nerfs. - On est vraiment parti du mauvais pied tous les deux...

Sans préciser, il se dit qu'elle était surement assez intelligente pour se douter de ce qu'il voulait dire. Julian est certainement assez brillant pour n'avoir jamais douté sur son acceptation à la prestigieuse école de Yale. Il est aussi assez intelligent pour savoir que la concurrence une fois là-bas ne sera pas vraiment relevée puisque la plupart y ont été envoyés par les parents et non par leur propre volonté ce qui fait de lui une exception dans le domaine. Preston finit sa cigarette et la jeta négligemment mais assez discrètement pour que personne ne le voit sur une plaque d'égout, ne prenant aucun soin à écraser un vulgaire mégot sous sa semelle de cuir. Il voyait défiler les rues au fur et à mesure qu'ils marchaient et la 60th ne devait pas être très loin ! C'est au bout de quelques secondes seulement qu'ils croisèrent deux couples qui venaient apparemment de ce quartier vu comment ils étaient fringués. Les deux filles étaient habillées dans le même genre qu'Olivia et il ne prit pas le temps de détailler les marques mais les deux hommes étaient d'un ridicule affligeant. Pour les deux, une chemise était enfouie sous un pull Col V de couleur noire. Le col de la chemise étant bien évidemment tout froissé puisqu'ils n'avaient pas sû l'arranger. Puis suivaient un jean bleu classique surement très cher mais sans aucune classe avec des chaussures de style « costard » pas du tout assorties avec le reste qui n'était déjà pas assorti lui-même. Un sourire éclaircit le visage de Julian quand il vit qu'Olivia en avait aussi pris note :

- Je crois que tu avais raison, j'ai strictement rien à faire dans un quartier comme ça... Rassure-moi, ils pas sont tous comme ça au moins ?

Sans parler des têtes qu'ils avaient... En même temps, si les vêtements ne sont pas en harmonie, ils le sont avec leur tête de débile ! Julian vit alors le panneau indiquant la 60th et celui un peu plus loin annoncant la 61th... Puis au bout de quelques secondes, Olivia bifurqua et il la suivit dans un magasin de luxe. Voyons voir s'ils savent s'habiller là-dedans !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia Waldorf
Delightful Brunette | Perfectly Loveable
avatar

Féminin Nombre de messages : 679
Age : 28
I heart : Audrey Hepburn, Nate Archibald, Serena Van der Woodsen, NYC.
Humeur : Little Miss Perfect.
Date d'inscription : 05/12/2007

MessageSujet: Re: Such a Jerk ! [R. Julian]   Mar 5 Fév - 22:57

Olivia posa l'index sur sa bouche pour faire signe à Julian de se taire. Ils rentraient dans la boutique Céline, et connaissant les vendeurs, elle n'avait pas franchement envie de se faire surprendre à avoir une conversation stupide avec un quasi inconnu. En effet, dans l'Upper East Side, vous n'étiez personne si vous n'aviez pas un tant soit peu de relations. Ce qui n'était pas le cas d'Olivia, bien évidemment, puisque sa mère était une "socialite" bien connue. Elle adressa donc un léger sourire aux vendeurs, en entrant, et se dirigea vers les rayons de la boutique de luxe. Tout était divin, merveilleusement bien coupé... Et coutait un bras. Elle commençait à se désespérer de trouver sa robe quand elle repéra l'objet du désir, qui scintillait, coincé entre deux robes en mousseline. Hourra ! Elle le saisit immédiatement, et un immense sourire se dessina sur son visage parfait. Elle avait un sourire ravageur, naturel et resplendissant, qui illuminait purement et simplement son joli visage. Olivia, qui avait complètement oublié qu'elle était accompagnée, fit signe aux vendeurs qu'elle voulait l'essayer, et se faufila dans la cabine. La robe était tout bonnement magnifique, parfaitement coupée, et tombait parfaitement sur Olivia. Elle était tellement excitée à l'idée de porter la robe qu'elle avait repéré depuis des mois qu'elle en oubliait presque son crétin de petit ami. Elle s'observa longuement dans le miroir : Olivia se trouvait un peu trop tassée, comparée à l'amazone de Serena, et complexait sur sa petite poitrine - elle remplissait à peine un 85B - et ses hanches un peu trop marquées. Pourtant, elle était loin d'être mal fichues, mais n'était pas non plus la perfection incarnée. A force d'avoir un mannequin comme meilleure amie, Olivia devait avouer qu'elle avait tendance à se focaliser d'avantage sur ses petits défauts : peau trop claire, tâches de rousseurs trop visibles, jambes pas assez longues... Autant de petits détails que personne ne voyait comme de véritables défauts, mais qu'Olivia détestait. Elle esquissa un sourire en voyant son propre reflet, et ébouriffa un peu ses cheveux châtains aux reflets miels, avant de sortir de la cabine, un sourire ravi aux lèvres :

- Alors, que pense le jeune homme de la Côte Ouest de cette petite merveille de robe ?

Olivia fit un tour sur elle-même, faisant virevolter ses cheveux longs et souples. Un vendeur lui adressa un léger sourire en la voyant faire son petit numéro, et acquiesça d'un signe d'approbation : on aurait dit que la robe avait été créee pour elle. Elle allait parfaitement à ses courbes, le sequin donnant un peu plus de volume à sa petite poitrine, et la coupe simple et droite masquant légèrement ses hanches un peu trop présentes à son goût. A présent qu'elle se sentait à l'aise dans la robe, Olivia avait envie de dévaliser tout New-York pour dégoter LA minaudière et les escarpins qui dynamiserait la tenue, et qui serait tout bonnement parfaite pour le Bal des Débutantes. La soirée se tenait à New-York, tous les ans, et accueillait tous les nouveaux étudiants de Yale. Cela tenait bien évidemment très à coeur à la petite Waldorf, qui comptait sur cette soirée pour montrer à la terre entière qu'elle brillait de mille feux, au bras de son petit ami, Natie, qui faisait fantasmer les trois-quarts des midinettes de l'Upper East Side.

(Petit post un peu pourrav' xD)

_________________


Little Miss Perfect.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fatigante.over-blog.com
Julian Preston
Lux & Veritas | Very Important Yalie
avatar

Masculin Nombre de messages : 127
Age : 30
I heart : or i hurt ?!
Humeur : Massacrante
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: Such a Jerk ! [R. Julian]   Mar 5 Fév - 23:38

(Pas grave, comme ça tu me diras rien quand j'en ferai un ^^)

Ils entrèrent finalement dans ce magasin de luxe après avoir bien rigolé sur la tenue des deux gugus qu'ils venaient de croiser. Julian réajusta le col de sa chemise aux manches courtes devant le vendeur situé à l'entrée qui lui adressa un signe de bienvenue. Il manquerait plus que lui aussi le prenne pour un fauché ! Il suivait Olivia qui marchait assez vite dans ce magasin. On voyait qu'elle n'avait d'yeux que pour sa robe et que plus rien ne comptait même s'il ne lui semblait pas avoir compté une seule fois depuis la bousculade. Julian vit qu'elle repéra très vite l'objet auquel elle avait rêvé des semaines ce qui lui tira un petit sourire... Waldorf ne prit pas la peine de lui dire qu'elle reviendra lui montrer afin qu'il juge ou quoi que ce soit. Il secoua la tête négativement et sortit son téléphone portable de sa poche... Ce dernier sonnait et affichait le numéro d'un conseiller de son père qu'il s'était mis dans la poche afin d'avoir quelques tuyaux puisque Père Preston ne veut clairement rien dire à son fils sur ce qu'il se passe un peu plus haut, sur la tête des citoyens américains... Il décrocha donc et posa son Iphone sur son oreille tout en touchant une robe machinalement de ses longs doigts fins.

- Préviens-moi avant d'appeller la prochaine fois. "..." C'est pas tes affaires si j'suis occupé ou non... "..." Tu les as ? "..." Tu m'avais pourtant dit que tu les aurais aujourd'hui ! "..." Bon... C'est pour quand alors ? "..." C'était l'ancien qui était sur écoute, pas celui-ci. "..." Alors ? Puis il n'eut le temps d'écouter la réponse puisque la porte de la cabine s'ouvrit à quelques mètres de lui et laissa sortir une véritable petite princesse... Wow ! Julian resta une ou deux secondes les yeux rivés sur Miss Waldorf avant de s'en approcher et de réaliser qu'il avait toujours son portable collé à l'oreille. - J'te rappelle dans la journée, ne quitte surtout pas ton poste ! dit-il avant de raccrocher manuellement et de ranger le portable dans la poche de son sublime jean.

Cette merveille de robe... Oui, c'est surement le mot ! Elle lui paraissait déjà très belle non portée mais sur la peau d'Olivia, la jolie robe devenait tout simplement sublissime. Julian n'arrivait pas à trouver ses mots, ses yeux étants surement un peu trop occupés par la silhouette de la plus jeune des Waldorf. Il sourit néanmoins et la laissa tourner sur elle-même afin de voir si celle-ci ne lui potelait pas trop les fesses mais apparemment, tout était parfait, à un détail près. Avant de répondre, il s'approcha d'elle et lui lanca un petit sourire avant de se mettre derrière et de lui rentrer l'étiquette orangée qui trainait dans son dos...

- L'étiquette orange qui sort, même si c'est assorti à tes petites tâches de rousseur, c'est pas trop tendance mais... dit-il avant de la faire tourner en faisant pression sur sa hanche à l'aide d'un doigt. Olivia s'était en plus de cela bien arrangée après avoir mis la robe, elle pourrait sortir en soirée sans maquillage que ça ne se verrait même pas. -... le reste est tout bonnement parfait !

Le fait de complimenter une fille qui s'aime à le taquiner ou qui s'aime plutôt à ne pas l'aimer n'est pas forcemment dans ses habitudes mais il part du principe que tout se paye un jour... que l'on soit dans le Bronx ou dans l'Upper East Side, ce proverbe reste vrai ! De toute façon, il n'était là que pour donner son avis puisqu'il ne porte pas de robe et n'a aucune raison de la lui payer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia Waldorf
Delightful Brunette | Perfectly Loveable
avatar

Féminin Nombre de messages : 679
Age : 28
I heart : Audrey Hepburn, Nate Archibald, Serena Van der Woodsen, NYC.
Humeur : Little Miss Perfect.
Date d'inscription : 05/12/2007

MessageSujet: Re: Such a Jerk ! [R. Julian]   Mer 6 Fév - 0:08

Olivia oublia soudainement leur petite joute passée, et se contenta de sourire avec ravissement. Elle était contente de voir que la robe était à la hauteur de ses espérances, et que son compagnon de shopping également. Il la confortait dans l'idée que cette merveille signée Céline était faite pour elle, et elle ne lui en demandait pas plus. Elle ne fut même pas agacée par son petit geste - celui de remettre l'étiquette de la marque à l'intérieur de sa robe. Désormais, elle était parfaite. Olivia se sentait enfin belle et désirable, et cela ne lui était pas arrivée depuis le fameux séjour sur le Charlotte, avec Nate, où elle s'était sentie magnifique 24h/24. Nate et elle avait passé la semaine à lézarder au soleil, à plonger dans l'Atlantique et à s'envoyer en l'air, et savait désormais quelle était son exacte définition du bonheur. Elle espérait d'ailleurs que leur rentrée à Yale se résumerait à peu près au mêmes choses, sans le soleil et l'océan, bien évidemment. Elle s'imaginait déjà rentrer après une harassante journée de cours, et s'installer dans l'immense canapé de cuir Philippe Starck qu'elle avait fait venir tout droit de New-York, pour se blottir tout contre Natie. Ils feraient l'amour toute la nuit, tellement longtemps et intensément qu'Olivia en aurait des cernes le lendemain, et s'en ficherait complètement. Dieu ce qu'elle avait hâte ! Pour le moment, elle ne pensait qu'à une chose, montrer sa trouvaille à Nate, et lui donner envie d'elle. D'ailleurs, Olivia avait très envie d'aller faire un tour chez La Perla et Agent Provocateur, histoire de trouver de quoi fêter dignement leur rentrée. Mais faire des courses de lingerie avec un parfait inconnu n'était peut-être pas une très bonne idée...

- Tu me trouves parfaite alors ?

Olivia lança un regard malicieux à Julian, esquissant un léger sourire satisfait. L'adjectif "parfaite" avait tellement était utilisé pour décrire Serena que l'entendre dire à son propos ne pouvait que la ravir. Olivia n'avait qu'une seule idée en tête, faire mieux que Van der Woodsen, encore et toujours. Elle fit ensuite signe au vendeur qu'elle comptait l'acheter, et l'un d'entre eux se rua dans la réserve pour attraper la robe de Miss Waldorf, qu'il comptait emballer avec soin. Après tout, sa mère et elle faisaient partie de leurs meilleures clientes, et il savait les prendre par les sentiments... Elle lança finalement un regard furtif à Julian et entra de nouveau dans la cabine pour se déshabiller et remettre la tenue - toute aussi parfaite - qu'elle portait avant d'y entrer. Olivia repensa à la conversation que Julian avait au téléphone alors qu'elle enfilait la robe, la première fois, et cela lui avait semblé très étrange. Alors qu'elle était en train d'enfiler sa propre robe, elle en profita pour lui poser une question un petit peu indiscrète, l'air de rien, derrière le rideau de la cabine.

- Qu'est-ce que tu racontais au téléphone toute à l'heure ?

Hum, la curiosité est un vilain défaut, Waldorf.

_________________


Little Miss Perfect.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fatigante.over-blog.com
Julian Preston
Lux & Veritas | Very Important Yalie
avatar

Masculin Nombre de messages : 127
Age : 30
I heart : or i hurt ?!
Humeur : Massacrante
Date d'inscription : 29/01/2008

MessageSujet: Re: Such a Jerk ! [R. Julian]   Mer 6 Fév - 1:19

S'il devait vraiment dire comment il la trouvait, parfaite ne serait pas l'exacte vérité mais inutile de se le cacher, Olivia est très désirable et apparemment autant désirée... Il ne s'abaissera jamais à le lui dire ainsi mais ne se voilera pas non plus la face à lui dire qu'elle est banale. Il la regardait tourner sur elle-même, on aurait dit une petite fille qui venait d'ouvrir le premier cadeau sous son sapin de Noël ! Elle lui donnait le sourire à être heureuse et lui faisait oublier sa première image de la fille grincheuse par excellence. Julian n'est pas du tout tombé sous son charme mais le fait de la voir ainsi lui plait bien...c'est tout ! Pour toute réponse à sa question, il ne trouva seulement quelques mots :

- Si ça peut te faire plaisir...

Il ne pouvait juger sa situation et bien qu'elle soit très belle, peut-être est-elle complexée par une queue qui lui pousserait dans le dos ou un quelconque autre défaut. Peut-être n'a-t-elle que trois orteils à chaque pied ? En tout cas, vu de ce point là, elle ne semblait pas avoir de défauts et son petit copain devait être une sérieuse bombe à retardement pour s'être réservé une pareille plastique. Olivia retourna illico dans sa cabine pour se changer en précisant qu'elle prenait la robe qu'elle venait d'essayer. Au moins, c'est du rapide ! Il resta très proche de la cabine cette fois-ci tout en tripotant son iphone avec ses doigts, voyageant de menus en menus, il commenca ensuite à taper un message lorsque la jeune femme s'intéressa à la conversation qu'il avait eu plus tôt avec le collègue politique de son cher père. Cette réflection de la part d'Olivia lui tira un petit sourire. Il ne pensait pas qu'elle finirait par s'intéresser à autre chose qu'elle-même mais bon, même si c'est de la curiosité mal placée, c'est toujours mieux que rien... Il attendit d'appuyer sur le bouton "Send" afin de lui répondre :

- Rien d'assez important pour toi, Olivia Waldorf ! dit-il sur un ton se voulant ironique mais toutefois assez sérieux. Si elle savait qu'il avait les dernières tendances politiques, elle lui soutirerait certainement des informations, à moins qu'elle ne se soucie que de ses robes et non de l'avenir de sa patrie... Chose tout aussi plausible ! - Je t'en parlerai peut-être quand ce sera concret, si toutefois tu daignes m'adresser un regard ! précisa-t-il en se souvenant qu'une fois à Yale, elle lui avait dit ne plus vouloir lui reparler...jamais.

Pour elle, c'est lui qui n'était pas assez bien mais pour lui, c'était le contraire. Chose amusante mais les deux jeunes étants totalement imbus de leur personne, ce n'était pas franchement étonnant. Ca donnait juste un petit côté explosif à les voir discuter. Le temps qu'Olivia se rhabille, le vendeur amena la robe bien pliée dans un sac à smoking pour ne pas qu'elle s'habille. Il la confia à Julian qui prit bien soin de la porter sous son bras de telle sorte qu'elle ne lui échappe pas. Ce vendeur lui lanca ensuite un certain sourire, pensant qu'il était le petit ami d'Olivia mais Preston ne le lui rendit pas, ce qui suffira surement à lui faire comprendre qu'il faisait fausse route et qu'elle se paiera cette robe elle-même, comme la grande fille qu'elle est.. Julian avanca dans le magasin et reçut très vite la réponse qu'il attendait alors qu'il posait d'un geste machinal la robe sur le comptoir devant lui. Une femme avait déjà tout préparé et lui demanda une certaine somme qu'il ne parvint pas à comprendre mais c'est en tournant la tête qu'il désigna Olivia comme acheteuse... La jolie rouquine débarqua plutôt heureuse et surement prête à sortir sa carte !

Julian resta légèrement en retrait le temps qu'elle paye et descendit les quelques marches qui menaient au trottoir pavé très miticuleusement de l'Upper East Side... Il resta là et respira très profondemment l'air de New-York tout en sachant qu'il était l'un des plus pollués du Monde... Un petit projet de campagne Preston ? Olivia finit enfin par ré-apparaitre, lui semblant encore plus belle que lorsqu'il l'a vue pour la première fois :

- Je te laisse choisir l'endroit puisque comme tu t'amuses à le dire, je ne suis qu'un touriste ! lui lanca-t-il quant au bar qu'ils allaient squatter un peu afin de discuter entre quatres yeux, espérant qu'elle allait se dérider de plus en plus...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olivia Waldorf
Delightful Brunette | Perfectly Loveable
avatar

Féminin Nombre de messages : 679
Age : 28
I heart : Audrey Hepburn, Nate Archibald, Serena Van der Woodsen, NYC.
Humeur : Little Miss Perfect.
Date d'inscription : 05/12/2007

MessageSujet: Re: Such a Jerk ! [R. Julian]   Mer 6 Fév - 19:06

Hum, voilà que monsieur Preston jouait à faire le mystérieux; soit. Olivia n'avait pas spécialement envie de le harceler pour qu'il lui dise la vérité, et cela n'était sûrement pas d'une importance capitale. Olivia était malgré tout de nature très curieuse, comme toute "chick" de l'Upper East Side qui se respecte, et se montrait encore plus excessive lorsqu'il s'agissait de Nate. Elle avait beau essayer de lui faire confiance, toutes les rumeurs qui circulaient à leur sujet - bien qu'elle n'y accorde pas particulièrement de crédit -, suffisaient à l'inquiéter. Et bien que tout ce qui circule sur le web soit en général un ramassis d'immondices, certaines des rumeurs s'étaient avérées vraies. Lorsque Nate et cette petite pétasse à gros seins dont elle avait oublié le nom - Jessy, ou quelque chose du même goût - étaient sortis ensemble, c'est par la chronique de Gossip Girl qu'Olivia l'avait appris. Elle se souvenait parfaitement de la vidéo de son petit-ami, roulant des pelles à la gamine de troisièmes, sur l'herbe verte de Central Park. A bien y réfléchir, Nate lui en avait fait, des sales coups... Fort heureusement, Olivia le lui avait bien rendu, et avait su résister. Elle n'était pas du genre à se laisser faire, et comme il ne pouvait tout bonnement pas résister à sa petite boue boudeuse et à ses accès de colère - qu'ils trouvaient être le comble du sexy -, Olivia avait finalement trouvée une méthode efficace pour le récupérer, quoiqu'il arrive. Cette fois, elle espérait bien qu'il serait à elle, une bonne fois pour toute, pour toujours. Finalement, la belle brunette sortit de la cabine, et fourra la robe dans les mains du premier vendeur qui passait, se rendant finalement à la caisse pour régler l'achat. Olivia sortit donc machinalement sa Black AmEx, et sa carte de fidélité Céline, qui lui permettait d'être invitée aux ventes privées, de voir certains produits en avant-première et de recevoir quelques cadeaux privilégiés. Bien évidemment, ne possède pas la carte Céline qui veut, aussi le fait qu'elle possède la carte confirmait bien le statut social des Waldorf. Elle régla donc l'achat, et récupéra un gros sac siglé. Elle reporta finalement son attention sur Julian, qui lui demandait quelle serait la suite du programme... Bonne question.

- Bon, j'ai besoin d'acheter de la lingerie. On va chez Agent Provocateur.

Olivia était sur le qui-vive, et n'arrêtait pas de penser à Nate et Serena. Le simple de fait de les imaginer tous les deux lui donnait la nausée, et elle était plus que déterminée à empêcher Serena de s'immiscer entre eux deux. Elle allait tout simplement rendre Nate dingue d'elle, plus qu'il ne l'avait jamais été. Elle le voulait pour elle et elle seule, et savait qu'elle le pouvait. Il fallait juste qu'elle se surpasse un peu, mais c'était tout à fait faisable. En réalité, elle voulait que Nate se souvienne de leur première nuit à Yale comme de la plus "hot" qu'ils n'aient jamais passé. Olivia attrapa donc Julian par le bras pour le sortir hors de la boutique, et adressa un sourire un peu forcé aux vendeurs, avant de refermer la porte. Ils se trouvaient sur Madison, et la boutique Agent Provocateur était à peine deux rues. Elle avança donc d'un pas pressé, ne s'occupant plus réellement de Julian, qui la suivait d'un air un peu interloqué. Une fois arrivée devant la majestueuse boutique de lingerie de luxe, Olivia poussa la porte avec détermination, et y pénétra, d'un air on ne peut plus sûre d'elle.

- Ecoute, Joseph. Julian... Bref. Trouve moi la parure de lingerie la plus sexy que t'aies jamais vu.

Elle plongea ses yeux bleus dans les siens, le fixant d'un air sérieux. Olivia était sérieusement déséquilibrée, et lorsqu'elle était dans ses accès hystériques, mieux valait-il ne pas trop la contredire. Elle s'était mise dans la tête d'acheter quelque chose pour Nate, elle le ferait, et elle voulait que ce soit le plus putassier possible. Quand une gentille fille à papa se transforme en prédatrice sans pitié...

_________________


Little Miss Perfect.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://fatigante.over-blog.com
Gossip Girl
Gossip Girl | You know you Love me
avatar

Féminin Nombre de messages : 107
Age : 29
Date d'inscription : 06/12/2007

MessageSujet: Re: Such a Jerk ! [R. Julian]   Jeu 14 Fév - 21:59

Tu ne sais pas dans quoi tu t'es embarqué Julian, ne serait-ce qu'en abordant miss Waldorf. Et c'est encore pire en acceptant de la suivre et de l'aider dans sa quête des sous-vêtements qui la fasse la plus pute possible, faisant oublier son côté petite fille à papa à Nate pour qu'il lui fasse l'amour non stop toute la nuit. Que c'est beau de sa part de rêver que son petit ami défoncé réussira à tenir toute une nuit ...
Quelle idée d'accepter d'aller faire du shopping avec Olivia, surtout quand ça a un rapport avec son petit ami ? Même Serena, sa meilleure amie, esquive souvent les virées shopping avec Olivia ! On voit bien que le pauvre Julian vient de la côté Ouest. Il a encore beaucoup à apprendre. En premier qu'il ne faut jamais proposer quelque chose à Olivia, car elle trouvera toujours à redire. Après plus d'une heure 30 passé dans la boutique, à entendre les "non c'est pas assez beau", "pas assez coloré", "pas assez osé", "pas assez décolté", "pas assez confortable", "trop flash", "trop pâle", "trop petite fille" ... Julian finit par se lasser et proposer la tenue la plus indécente que l'on pouvait trouver ici, provoquant le pétage de plomb d'Olivia comme elle sait les faire. Les vendeuses et Julian ont donc eu droit à une grande crise Olivesque, tout cela pour qu'au final, après avoir viré Julian de la boutique en le menaçant, elle finit par opter par un ensemble lingerie qu'elle avait repéré genre, 2 minutes après son entrée chez "Agent Provocateur". Du 100% Olivia Waldorf, pour le plus grand plaisir de Julian qui risque de changer d'endroit la prochaine fois qu'il la croisera.

_________________
And who am I ? That's one secret I'll never tell.
Xoxo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://xoxo-gossipgirl.over-blog.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Such a Jerk ! [R. Julian]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Such a Jerk ! [R. Julian]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (M) Julian Morris - the enemy is the inner me (host)
» (m) julian schratter ? my head is a jungle with you inside
» (m) Julian Morris - Libre
» (M) JULIAN SCHRATTER - Frère par adoption.
» (M) [LIBRE] Julian McCartney || ft. JULIAN SCHRATTER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gossip Girl RPG - Lux & Veritas, welcome to Yale :: Around the World :: New York-
Sauter vers: